Sélectionner une page

eBonjour et bienvenue dans ce nouvel article. Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler des erreurs à ne pas faire en tant qu’assistante indépendante.

Avant tout, soyons clair, l’erreur est humaine et c’est ce qui nous fait avancer. Faire des erreurs fait partie de l’apprentissage de l’entrepreneuriat. Par contre, il y a des erreurs qui vont vous coûter plus cher que d’autres. 

Éviter les erreurs dont je vais vous parler ici, va vous faire gagner du temps et de l’argent ! Pour chaque point, je vous expliquerai pourquoi ne pas faire cette erreur est important et comment faire pour corriger cela, voire ne pas tomber dans ce piège. 

1- Perdre de vue votre projet initial 

  • La première idée est souvent la bonne. 

Souvent, vous avez une idée de départ qui est plutôt bonne, mais vous la perdez de vue à cause de toutes les recherches que vous pouvez faire. En effet, vous décidez de vous lancer en tant qu’assistante indépendante, afin d’être plus libre, afin de donner du sens à ce que vous faites, voire pour ne plus subir les affres d’un patron. Vous avez alors une idée de départ, vous murissez votre projet pendant quelques années et vous décidez de vous lancer.  C’est là que vous allez commencer à mettre en place des choses concrètes, qui ne vont pas donner de résultats immédiatement. Ou alors ne savez pas comment faire (ce qui est ok) et vous allez poser des questions dans les groupes associés. Et c’est là que vous risquez de vous perdre. Vous risquez alors de vous éloigner de ce qui vous anime et risquez de perdre le fameux pourquoi dont on a parlé dans cet article

  • Consignez votre projet au propre et gardez-le ! 

Pour éviter de vous perdre, ayez une feuille de route. Notez votre projet initial le plus clairement et le plus détaillé possible afin de pouvoir revenir dessus régulièrement. Je vous conseille d’avoir un support privilégié pour tout ce qui a trait à votre entreprise. Si vous êtes plutôt papier, dédiez un carnet ou cahier à votre stratégie. Ne mélangez pas votre but, votre plan avec vos actions de tous les jours. Personnellement, j’ai un classeur (#teamPapier) dans lequel j’ai mon plan à 5 ans, et les actions qui découlent de ce plan. J’ai aussi ma vision à l’instant T, ce que je pense être ma mission, ainsi que mon pourquoi, ma cible, etc. J’ai également tout cela dans un tableau Trello et c’est ok que cela change. Mais si vous utilisez un outil numérique, n’effacez pas ! Gardez toujours votre point de départ. 

  • Demandez-vous à chaque changement, pourquoi vous changez ?

Parfois, vous allez devoir revenir en arrière, ne serait-ce que pour relire ce que vous aviez noté Cela vous fera prendre conscience que vous vous êtes éloignée (ou pas) de votre objectif premier. Imaginons que votre première idée était d’aider les particuliers dans leur paperasse, parce que vous avez trop vu votre grand-mère souffrir à cause de cela. Beaucoup vous ont dit “Ah non, mais les particuliers, c’est chiant, tu ne gagneras pas ta vie avec cette cible », « il te faut un médiateur », etc.  Vous partez donc sur les professionnels, mais vous n’avez pas la flamme. Votre enthousiasme diminue de jour en jour. C’est normal, en relisant votre document premier, vous savez quel est le problème. Votre pourquoi n’est plus là. Vous, vous voulez aider les personnes âgées pour qu’elles ne souffrent pas comme votre grand-mère. Vous vous en fichez des entrepreneurs. Forcément, cela ne peut pas fonctionner. 

2- Faire des suppositions

  • Vous pensez que c’est vrai, mais est-ce vraiment le cas ? 

La majorité de mes clientes me dit “Cette cible, n’a pas besoin” ou “cette cible, n’a pas les moyens”, etc. Ce à quoi je réponds toujours “Comment le sais-tu ?” Et souvent la réponse est “ben…” Ce à quoi je rétorque “donc tu n’en sais rien !”   C’est vraiment un dialogue qu’on a souvent et que j’ai moi-même tendance à avoir. C’est normal, c’est là où c’est important d’avoir quelqu’un pour vous aider à remettre les choses en place et à ne pas vous laisser aller dans vos suppositions. Vous pensez avec votre propre carte mentale, mais celle-ci n’est pas forcément la réalité. C’est vraiment une des erreurs à ne pas faire en tant qu’assistante indépendante très importante, car elle peut vous ammener sur une mauvaise piste. 

  • Je demande aux filles d’aller au bout de leur réflexion et d’aller sonder le terrain pour 2 raisons : 
  1. Si vous n’allez pas au bout de la question, elle va rester là, en arrière-plan. En effet, que vous ayez raison ou tort, là n’es pas la question. L’important est de savoir. Si vous avez raison, vous actez que cela est vrai et vous passez à autre chose. Si vous avez tort, vous pouvez aller dans ce sens. Mais au moins, dans tous les cas, les actions qui en découlent sont justes. 
  2. Parce que souvent, elles avaient tort. Et se rendre compte qu’elles ont tort sur cela, ouvre naturellement le champ des possibles. Et elles vont plus facilement faire les actions de recherches que si elles n’avaient pas fait cette démarche. 
  • Allez sonder le terrain et demander à votre cible ce dont elle a réellement besoin. 

Je ne sais pas pourquoi, en tant qu’assistante indépendante, certaines pensent qu’une étude de marché est inutile. Je pense personnellement que c’est indispensable ! Cependant, là encore, il y a 2 types de personnes et il y a une finalité à l’étude de marché. En effet, une secrétaire salariée qui a été pendant 15 ans dans le bâtiment et qui veut se lancer en tant qu’assistante indépendante dans le bâtiment, je pense qu’elle connaît parfaitement sa cible et que l’étude de marché a été faite durant les 15 ans où elle était salariée. (Avec quelques réserves, dont je ne pourrais pas parler ici, sinon je vais faire un livre et non un article). Par contre, une personne qui était assistante salariée, mais qui ne connaît pas spécialement la cible avec laquelle elle veut travailler, DOIT aller se confronter à celle-ci pour bien la connaître, c’est nécessaire. Dans tous les cas, vous devez connaître votre cible et surtout ce qui va la pousser à passer à l’action de la délégation. Vous devez savoir quelle est sa problématique et quelle est sa douleur quotidienne envers les tâches administratives. 

 

3- Écouter trop les autres

  • Vous débutez et donc vous avez plein de questions, c’est normal. 

Vous avez tendance à poser des questions dans les groupes, c’est normal, là encore. Les autres vont donc vous donner des conseils en toute bienveillance. Mais ce qui a fonctionné pour eux, ne fonctionnera peut-être pas pour vous. Et c’est là où cela part en sucette ! En effet, vous vous dites “Si cela a fonctionné pour elle, cela va le faire pour moi.” ou “ben moi aussi, il faut que je fasse cela” or bien au contraire, dans la majorité des cas, cela vous embrouille, voire vous dévie de votre plan et vous ne comprenez pas pourquoi cela ne fonctionne pas pour vous. 

  • Vous allez commencer à douter, voire pire. 

En effet, vous n’allez pas remettre en cause ce que vous a dit la personne. En effet, cela a fonctionné pour elle ! Non, vous allez vous remettre en question vous ! Vous allez commencer à penser que vous n’êtes pas capable et que vous ne savez pas faire. Vous allez alors entrer dans une spirale infernale dont vous n’arriverez pas à sortir toute seule. Attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas demander de l’aide, bien au contraire !

  • À chaque fois, demandez-vous si la réponse est pertinente et si elle s’applique à vous. 

Mais replacez-vous toujours au centre de votre activité. Si une personne vous dit qu’il faut que vous soyez présente sur les réseaux sociaux, alors que vous n’aimez pas cela et que vous démarchez en local, est-ce que c’est vraiment important de focaliser votre attention sur un truc que vous détestez. Si on vous dit d’aller dans les clubs d’entrepreneurs locaux, alors que vous voulez télétravailler et devenir assistante virtuelle, là encore, posez-vous les bonnes questions.  

 

4- Ne pas vous faire confiance

  • Vous êtes votre propre boussole.

Écoutez-vous et faites-vous confiance. Vous seul savez ce qui est bon ou pas pour vous. N’ayez surtout pas peur de vous écouter. Apprenez à vous connaître, des tonnes d’outils sont là pour vous aider. Observez-vous et voyez vos réactions.  

  • Apprenez à vous écouter, perso, je « vibre » quand je suis dans le vrai. 

C’est vraiment très bizarre à dire comme cela, mais c’est vraiment ce que je ressens. Je le ressens d’ailleurs pour vous aussi lors des cafés virtuels, c’est vraiment marrant. Quand je ressens quelque chose de vrai, c’est comme si je tremblais de l’intérieur (imaginez des frissons, mais à l’intérieur de vous) eh bien c’est un peu cela que je ressens. Je “vibre” quand je vous écoute me parler de vos projets que je sais que vous êtes dans le “vrai”. Généralement, cela arrive quand on a libéré quelques couches et que vous osez vous exprimer. C’est ma boussole à moi, je vous invite à trouver la vôtre. Mais pour cela, vous allez devoir vous écouter 

  • Si vous êtes face à cette situation, c’est que vous êtes capable de la vivre. 

J’ai lu cela quelque part, et j’ai décidé d’en faire une vérité. J’ai décidé d’y croire. Si l’univers vous met face à une situation, c’est que vous êtes prête à l’accueillir et l’accepter et le traverser. Alors cela prendra plus ou moins de temps, cela sera plus ou moins douloureux, mais vous avez les capacités pour y arriver. Tout cela pour dire que si l’entrepreneuriat vous appelle, c’est que vous avez une carte à jouer en allant vers cette aventure. 

5- Commencer par la fin

  • Souvent, vous commencez par créer des flyers et des cartes de visite sans avoir travaillé votre offre complète. 

Dernière erreur à ne pas faire en tant qu’assistante indépendante, mais pas des moindres !   Et encore, quand ce n’est pas un site internet “vide” et sans stratégie. Arrêtez de vouloir aller trop vite. Je prends souvent l’exemple de ma formation pour vous expliquer, car comme vous pouvez le voir sur le programme détaillé ici. Il y a 7 modules de préparation AVANT de commencer à travailler sur des flyers ou cartes de visite. Avant cela, vous devez savoir à qui vous vous adressez, pour quoi faire, pourquoi ces clients doivent faire appel à vous en général et pourquoi vous individuellement. Bref, c’est tout un travail de préparation qui est proposé dans la formation assistante indépendante. Si vous devez avancer seul, travaillez au moins ces 2 points importants : 

  • Le bénéfice client.

POURQUOI votre client doit faire appel à vous ? J’ai commencé à répondre à cette question dans cette vidéo :  https://youtu.be/FNGVU8gElC0 

Vous devez connaître votre client sur le bout des doigts, c’est pour cela que tout le monde vous dit de travailler votre cible. En connaissant vos clients très précisément, vous saurez leur parler et vous saurez quoi mettre en avant lors de votre prospection. 

  • Trouvez votre force de prospection. 

La prospection n’est pas un gros mot, loin de là ! Cet article fait partie de mon plan de prospection. Est-ce que cela vous agresse, est-ce que cela vous force à quoi que cela soit ? Non, c’est juste un article dans le but de vous aider, et pourtant, il fait partie de mon plan de prospection. J’aime écrire cet article, j’y prends beaucoup de plaisir (surement pour cela que j’en suis déjà à plus de 1880 mots). Alors, vous aussi, trouvez votre force de prospection. Trouvez ce qui va à votre cible, à votre modèle économique et à votre activité et surtout à vous ! Si vous avez besoin d’aide pour trouver votre force de prospection. N’hésitez pas à réserver un café virtuel avec moi ! C’est gratuit et convivial.

Recevoir le petit courriel de Steph’

Reçois chaque mercredi un petit courriel pour t’aider dans le développement de ton activité de secrétaire indépendante