Sélectionner une page

Dans cet article, je vous présente Alizée, l’assistante virtuelle de Marie Roe. 

Cela a été un plaisir pour moi d’interviewer l’assistante et son client, vous pouvez retrouver l’interview de Marie dans cet article. 

Bonne lecture ! 

Hello Alizée ! 

Je suis trop contente de faire cette interview avec toi et ça m’amuse pas mal de savoir que je viens de faire un questionnaire pour Marie juste avant ☺

Tout d’abord merci d’avoir accepté mon invitation alors qu’on ne se connait que depuis quelques mois. Comme tu le sais, j’ai créé ce Mag’ pour aider les secrétaires/assistantes indépendantes. Mon objectif est de partager des témoignages inspirants à plusieurs stades de l’activité. Et je suis convaincue que le tien va être très inspirant ! 

Alors dans un premier temps peux-tu te présenter pour celles qui ne te connaissent pas ? 

Hello Stéphanie, 

Merci pour ton invitation à participer à ce superbe projet, je suis ravie d’y contribuer aujourd’hui !

Pour la petite présentation, je m’appelle Alizée, j’ai 23 ans, bientôt 24 (en février) et je suis assistante virtuelle depuis peu. Officiellement, j’ai lancé mon auto-entreprise en janvier 2021 en tant que graphiste, mais je ne suis devenue assistante virtuelle que depuis quelques mois, à force de recherches et d’alignement personnel et professionnel. 

Si on veut remonter un peu plus loin, j’ai fait des études d’arts, puis de graphisme et communication, ensuite de merchandising (vitrine de magasin et mannequin) pour terminer avec une licence Chef de Projet en communication que j’ai obtenu en août 2020. Et durant laquelle j’ai pu travailler avec Marie Roé en alternance.

Donc, ce qui m’a plu dans cette histoire de faire ce Mag’ – avec Marie et toi – c’est qu’elle a été ta première cliente. Vous aviez déjà bossé ensemble, et c’est donc naturellement qu’elle a fait appel à toi quand elle en a eu besoin, j’imagine.

Comment t’es venue l’idée de te lancer en tant qu’assistante virtuelle ? 

Je connais Marie depuis mai 2017 ! J’ai d’abord commencé à travailler avec elle en faisant un stage de 2 mois pour mes études, puis de fil en aiguille, on ne s’est jamais quittées tellement la complicité et la fusion professionnelle étaient intenses entre nous.

Au commencement j’étais partie pour être graphiste et/ou web designeuse, en tout cas un métier lié à la communication, aux réseaux sociaux, aux sites internet… car c’est, entre autres, ce que j’ai étudié depuis le début de mes études et surtout aussi parce que je suis confiante en mes compétences dans ce domaine.

Depuis l’ouverture de mon entreprise, Marie est d’un soutient extraordinaire. Grâce à elle et à son accompagnement quotidien, elle a su m’aider à trouver mon équilibre en m’orientant dans la bonne direction avec beaucoup de questionnement, d’exercices et de persévérance. J’étais persuadée d’être sur la bonne voie et d’être sûre de mes choix concernant mon projet professionnel et grâce à Marie, j’ai compris que non. J’ai compris que je ne m’épanouissais pas dans ce que je faisais et dans ce que je pensais être mon idéal professionnel. C’est à partir de ce moment que j’ai cherché à savoir ce que je voulais vraiment faire et comment je pouvais me rendre utile pour mes clientes. Après plusieurs réflexions et expérimentations, j’ai découvert qu’il existait des assistantes virtuelles et qu’il était possible de l’exercer dans à peu près n’importe quel domaine ; par la suite j’ai trouvé plusieurs assistantes virtuelles en communication et ça m’a tout de suite parlé !

Ça fait donc seulement quelques semaines que je me suis positionnée sur ces mots « assistante virtuelle » pour caractériser les services que je propose et surtout c’est maintenant plus clair dans ma tête. Même si, au final, j’ai toujours plus ou moins proposé ces services depuis le début et que c’est exactement ce que je fais avec Marie, c’est clairement de l’assistance en communication. Mais il m’aura fallu presque 1 an pour mettre des mots dessus et les assumer, comme toujours il faut le temps que ça monte au cerveau ahahah

Tu as lancé ta micro entreprise en Janvier 2021, où en es-tu aujourd’hui ? 

Depuis janvier j’en ai parcouru du chemin, avec les hauts et les bas de l’entrepreneuriat mais aujourd’hui je peux dire que je suis alignée avec mes envies, mes besoins et mes compétences. J’adore ce que je fais et surtout, le plus important, j’ai trouvé mon fameux « pourquoi » et je suis fière de l’aide et la sérénité que j’apporte à mes clientes.

Pourrais-tu nous dire quelle a été (ou est encore) ta plus grosse difficulté quand tu t’es lancée en tant qu’assistante virtuelle ? 

Ma plus grosse difficulté en tant qu’entrepreneuse tout court, je dirai que c’est mon manque de légitimité. C’est un problème que je traite en priorité et qui s’améliore de jour en jour mais c’est vraiment un des points qui me dérange le plus dans ma vie d’entrepreneuse. 

En tant qu’assistante virtuelle, pour l’instant je n’ai pas d’autres difficultés majeure. J’ai du mal à affirmer mes tarifs auprès de mes clientes et j’ai encore quelques soucis d’organisation, de logistique mais globalement j’arrive à m’en détacher pour me concentrer sur d’autres choses plus importantes. 

Je suis bien entourée, je discute souvent avec d’autres entrepreneuses (de plusieurs domaines différents), j’élargis toujours mon sens critique, je donne souvent l’avis extérieur, je me documente, je m’inspire… je ne suis jamais passive de mes émotions et dans mon entreprise, j’analyse beaucoup pour en tirer le meilleur et progresser encore plus.

En tant qu’assistante virtuelle, tu es en full télétravail, j’imagine, comment organises-tu ton temps ? 

Alors, oui depuis que j’ai terminé mes études, et même quand j’étais en alternance avec Marie, j’ai toujours été en télétravail. C’est un fonctionnement qui me plait assez et pour avoir expérimenté le salariat en grande distribution (2 ans chez Primark), c’est un mode de vie qui me correspond.

J’aime l’idée d’être autonome, de m’organiser comme je le souhaite, de commencer et de finir à telle heure, de pouvoir sortir mes chevaux en plein milieu de l’après-midi si j’en ai envie ou de ne pas culpabiliser si je prends 3h de pause déj parce que j’ai un coup de mou et que j’ai besoin de jouer à la console. Je prends les avantages comme les inconvénients. Et l’inconvénient principal dans ce système c’est que j’ai du mal à contenir ma productivité à la maison. Quelques fois j’ai besoin de sortir pour aller travailler, en coworking ou dans un café, histoire de recentrer mon cerveau et de canaliser mon énergie, sinon j’ai tendance à vite me perdre et à procrastiner sur des tâches ménagères.

Le télétravail a été – pour moi – plus compliqué à gérer en termes d’organisation que le présentiel où tu commences à calculer ton temps quand tu arrives et tu stoppes quand tu pars.

Est-ce que Marie t’a contaminée avec sa super organisation ou c’est encore un point difficile à gérer ? 

Je ne suis pas certaine que ce soit Marie qui m’ait contaminé. Depuis toute petite je suis de nature très (trop) organisée. Je planifie tout, je date tout, je note tout, je range tout, je nettoie tout et sans arrêt, que ce soit pro ou perso. Si mon environnement n’est pas clean mon cerveau ne l’est pas, autant dire que c’est problématique quand on travaille à la maison !

Cependant, Marie m’a aidé à utiliser certains outils qui me facilitent l’organisation et qui me font gagner du temps car je procrastine très souvent en organisant tout et n’importe quoi. Je vais passer plus de temps à organiser qu’à faire, ça aussi c’est problématique ! Marie m’a botté les fesses quand j’étais dans mes travers et m’a fait comprendre que même si j’organisais, tant que je ne passais pas à l’action, rien ne se produirait tout seul. Disons qu’elle m’a surtout apporté des techniques d’optimisation et des astuces à mettre en place au quotidien pour automatiser.

Si on peut en parler, tu vas bientôt partir travailler dans un autre pays, tu seras donc une digitale nomade pendant un temps.

Est-ce que c’était prévu et c’est pour cela que tu as choisi le métier d’assistante virtuelle ou est-ce que le fait d’être assistante virtuelle a été un plus dans la décision de partir ? 

Oui on peut en parler, ce n’est ni secret, ni tabou ahahah

Devenir digitale nomade a toujours été un rêve d’entrepreneuriat à mes yeux. Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat dans l’optique d’être mobile et sans attaches. Cette idée de voyager et travailler en même temps est dans un coin de ma tête depuis des années, sans savoir quand j’allais pouvoir la réaliser.

L’opportunité s’est présentée cette année car mon compagnon doit effectuer un stage de 5 mois à l’étranger ; étant nomade, il était évident pour moi que je le suive pour expérimenter cette aventure et savoir si, oui ou non, c’est un mode de vie qui puisse me correspondre.

La décision de voyager ensemble s’est faite bien avant que j’oriente mon projet professionnel vers le métier d’assistante virtuelle, donc oui, c’est une coïncidence que les 2 tombent « en même temps » mais dans tous les cas, j’estime qu’en tant qu’entrepreneur je suis libre d’exercer n’importe quel métier virtuel, depuis n’importe quel endroit sur terre. 

C’était un critère essentiel dans mon choix de parcours pro !

Aujourd’hui, qu’est-ce qui te plait le plus dans ton travail, qu’est-ce qui te plait le moins ? 

 

Ce qui me plait le plus c’est cette sensation de liberté. La liberté dans mes horaires, de ma tenue de travail, du choix de mes clientes, de mon lieu de travail… et surtout la liberté hiérarchique. Savoir qu’il n’y a personne au-dessus de moi, c’est jouissif. Je ne me sens pas bridée, je suis libre de faire ce qui me plait et de penser comme il me plait, sans être contrainte par des règles ou des méthodes d’entreprise conventionnelles. 

Ce qui me déplait, c’est d’être constamment sollicitée par mon entourage, aussi positif que négatif. C’est-à-dire que je suis sollicitée par mes parents pour des « petits projets qui prennent que 5 min promis !! » mais qui en prennent 5h car ils n’ont pas la notion du temps de réalisation. Je suis aussi sollicitée par mon entourage plus éloigné qui m’adule et qui est impressionné que « wouaaaaah entreprendre à 23 ans c’est pas rien, tu devrais me faire mon site internet et comme ça je pourrais te faire ta pub gratos à mes collègues, c’est donnant donnant t’inquiètes pas !! ». 

A la longue c’est fatiguant et ça me prend une certaine partie de mon énergie que j’aimerais injecter ailleurs dans mon business. 

Aussi, cette sensation de devoir toujours faire plus car en tant qu’entrepreneuse, il y a une pression sociale qui te dit que tu dois faire 2 fois plus tes preuves dans ton métier, pour espérer prouver que, oui tu as ta place toi aussi, femme !

Mais ce ne sont que des broutilles à côté du bonheur que ça m’apporte au quotidien.

Si tu devais donner un conseil à une future consœur qui se lance quel serait-il ? 

 

Un des meilleurs conseils que je puisse donner (je pense ahahah), c’est d’être entourée ! Il n’y a rien de plus important que d’être entourée par des personnes bienveillantes, inspirantes et motivantes avec qui partager son aventure. Si tu restes enfermée dans ta bulle, tu cours à ta perte, c’est primordial de s’ouvrir aux autres, assistante ou pas d’ailleurs, l’important c’est de trouver des personnes/entrepreneuses qui partagent tes valeurs et ta vision du monde.

Ce que tu dois aussi garder en tête est qu’il faut savoir doser ton temps entre tes clientes et ton business, pour ne pas te laisser emporter dans l’asservissement. Certes je suis leur assistante, même si je préfère le mot « bras droit », mais je ne suis pas à leur service jour et nuit. C’est une limite qu’il est important de poser d’entrée de jeu et de ne surtout pas revenir dessus, sinon t’es foutue !

Si je peux ajouter une dernière chose : ne cesse jamais de t’inspirer. Que ce soit dans les livres, les vidéos, les séries, les podcasts, les images… l’inspiration se trouve partout et c’est ce qui te permettra d’élargir ton champ des possibles.

Souhaites-tu rajouter quelque chose ? 

FONCE ET ACCROCHE-TOI !

Merci beaucoup de prendre le temps de répondre à ces questions ! 

Tu peux retrouver Alizée sur instagram par ici. 

Vanessa, la secrétaire indépendante épanouie
Alizée, l'assistante virtuelle

Recevoir le petit courriel de Steph’

Reçois chaque mercredi un petit courriel pour t’aider dans le développement de ton activité de secrétaire indépendante